Plus de 7000 français sont établis au Japon et une grande majorité vit à Tokyo et Kyoto.
Mais c’est dans une toute autre ville que réside Bénédicte, cette jeune française expatriée sur l’archipel. C’est à Fukuoka dans le sud-ouest du pays qu’elle a choisi de vivre son expérience nippone. Bénédicte a repondu aux questions de Japan Life Style.


Bénédicte, tout d’abord merci de répondre aux questions de la rédaction !
Depuis 2012, tu habites au Japon, plus précisément sur l’île de Kyûshû, peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ? Pourquoi Fukuoka et pas Tokyo ?


Ma passion pour le Japon a démarré quand j’étais collégienne. A cette époque, j’adorais les jeunes chanteurs (moins de 20 ans) et un ami m’a fait découvrir des groupes de pop japonaise. Il y en a un auquel j’ai particulièrement accroché : SweetS. Grâce à leurs chansons, j’ai découvert la langue japonaise que j’ai tout de suite aimée. Cela m’a fait m’intéresser au pays petit à petit. En fait, c’est la langue qui m’a fait découvrir et aimer le Japon. Tout en suivant des études de graphisme, j’ai pris des cours de japonais et me suis mis à faire un voyage par an au Japon : tourisme ou séjour linguistique.
A chaque voyage, j’ai de plus en plus accroché au pays et j’ai décidé d’y partir à la fin de mes études. J’ai d’abord fait 18 mois dans une école de langue à Fukuoka et puis j’ai trouvé un travail et suis donc restée.
L’endroit où je voulais m’installer a été un long parcours de réflexion. Je vais sûrement en fâcher plus d’un mais je n’aime pas vraiment Tôkyô. J’y ai passé un mois chaque année pendant 3 ans pour apprendre le japonais et à chaque fois je m’y sentais de moins en moins à l’aise. Après, ça reste le premier endroit que j’ai visité au Japon et j’en garde de très bons souvenirs mais je ne m’y voyais pas du tout m’y installer. J’ai toujours été fascinée par Kyûshû et cela avant même d’aller pour la première fois au Japon. Peut-être est-ce parce que j’adore les volcans (il y en a beaucoup sur Kyûshû) mais cette île m’a toujours intriguée. J’y ai fait presque tout un voyage en 2011 et ça a été la révélation. J’y ai donc cherché une école de langue qui me convenait et c’est comme ça que j’ai atterri à Fukuoka.

Fukuoka n’est pas forcément (encore ?) la destination phare de l’archipel, tu connais très bien la ville que peux-tu nous en dire ? Son petit  » quelque chose en plus  » ?

Sincèrement, je ne pense pas que Fukuoka, malgré tout l’amour que je lui porte, puisse devenir une des destinations phares de l’archipel au même titre que Kyôto par exemple. On ne joue pas du tout dans la même catégorie. Malgré tout elle a énormément d’atouts et je pense que cela peut devenir une destination prisée si on prend le temps de s’attarder deux minutes sur ce qu’elle a à offrir. Fukuoka a tous les avantages d’une grande ville sans les inconvénients : très facile à vivre, elle est très fleurie, il y a beaucoup d’espaces verts et on peut sortir de la ville en seulement 10 minutes de train pour aller à la campagne, dans les montagnes ou en bord de mer. C’est un endroit très animé avec des concerts, évènements, expositions toutes les semaines. Il y a toujours quelque chose à faire mais il y a relativement peu de monde.

Il y a aussi une gastronomie locale délicieuse : tonkotsu ramens, motsunabe curry gratiné etc… et les habitants sont d’une gentilesse incroyable. Je crois n’avoir jamais rencontré des gens aussi gentils et chaleureux. Pour finir, c’est un endroit relativement sûr puisque on a très très peu de séismes (j’en ai ressenti 2 petits en 2 ans et demi) et relativement peu de typhons. C’est d’ailleurs une blague locale de dire que les typhons détestent Fukuoka car ils nous évitent presque à chaque fois.
Son petit quelque chose en plus ? C’est une préfecture variée : on y trouve grandes villes, petits villages, châteaux, canaux, plages, montagne, campagne etc…
Il y en a vraiment pour tous les goûts !

Tu partages ton quotidien sur ton blog  » Béné no Fukuoka « , et tu viens de lancer ta chaîne sur Youtube, quel est ton but ?

L’objectif est le même que sur mon blog : présenter Fukuoka (beaucoup) et un bout de ma vie quotidienne (un peu), le tout à ma façon, de manière colorée, ludique et positive. Toutes les vidéos n’auront pas d’articles pour aller avec et inversement mais j’essaye de faire en sorte que ce soit un complément de ce que je fais sur le blog. Pourquoi pas une manière un peu plus concrète de montrer ce que je vis au quotidien ? Pour le moment je débute donc j’ai envie d’essayer plein de choses et il y aura sûrement quelques ratés avant de trouver mon rythme (maudits sous-titres !) mais c’est tellement amusant à tourner bien qu’assez embarassant lorsqu’il y a du monde à côté.

Passons à un tout autre sujet. De nombreuses personnes rêvent de vivre au Japon, comment se passe la vie de tous les jours pour un expatrié sur l’archipel ? Tu te sens épanouie à l’autre bout du monde ? Te vois-tu revenir un jour en France ?

Je me sens super bien ici, je crois avoir trouvé l’endroit parfait où m’épanouir. Ma famille et mes amis restés en France me disent d’ailleurs très souvent combien j’ai l’air heureuse ici. Donc je ne pense pas revenir habiter en France, sauf si le destin m’y force. Je ne suis pas encore rentrée une seule fois depuis mon arrivée, ce sont plutôt les gens qui viennent me voir.
Je ne compte pas bouger de Fukuoka non plus, cela tombe bien, mon copain adore tout autant que moi cette région (il y est né) et ne voudrait en partir pour rien au monde.
Après, vivre au Japon ne veut pas dire avoir un quotidien qui soit très différent de ce que l’on vit en France. Le mien est très ordinaire : je me lève et me prépare, vais au travail à vélo, travaille jusqu’au soir puis rentre chez moi en passant au supermarché puis je cuisine, range un peu et me détends devant l’ordinateur ou la télévision. Le week-end ou lors de mes jours de congés, je vais prendre des photos pour le blog, vais visiter un lieu, passe la journée avec mon chéri ou des amis.

Et du coup, qu’est-ce qui te plaît le plus au Japon ? Quelle est ta plus belle expérience ?

C’est une question à laquelle je n’ai jamais su répondre. Qu’est-ce qui peut me plaire autant ? C’est indescriptible, j’ai l’impression d’avoir trouvé ma place, l’endroit qui me convient. Je suis rassurée par les sons, les odeurs, tout me paraît naturel. Je suis désolée de ne pas pouvoir expliquer ce sentiment, c’est vraiment indéfinissable.
J’ai eu beaucoup de belles expériences mais pour n’en citer qu’une, je dirais que c’est lorsque j’ai rejoint le groupe d’Idols de mon école. C’est un monde que je suivais depuis 10 ans et avoir pu être membre d’un vrai groupe, enregistrer des chansons, tourner un clip, faire un concert etc. a été une expérience extraordinaire et enrichissante. C’est drôle car depuis cette expérience, j’ai presque perdu tout intérêt pour les Idols japonaises. Je ne sais pas si c’est parce que vivre le phénomène de l’intérieur m’a ouvert les yeux, ou si j’ai simplement trouvé d’autres passions (peut-être plus ça en fait).

As-tu un message à faire passer aux lecteurs de Japan Lifestyle ? Notamment à ceux qui veulent tenter l’aventure au Japon.
Ne laissez personne vous faire douter et travaillez dur pour réalisez vos rêves. Si vous souhaitez partir au Japon, pensez plus loin que votre année de visa vacances-travail / échange universitaire (dans le cas où vous souhaitez rester, bien sûr). N’hésitez pas à repousser de quelques mois / années votre départ si il le faut. Je ne regrette pas d’avoir attendu deux ans de plus pour partir car sans ces deux ans d’études supplémentaires je n’aurais pas pu obtenir un visa de travail. Enfin ne minimisez pas l’étude du japonais. Un bon niveau permettra d’ouvrir pas mal de portes et d’être pris plus au sérieux.
Dernier petit conseil : choississez bien la ville où vous allez vous installer, ça serait trop bête de devoir tout recommencer à zéro ailleurs si l’endroit ne vous plaît pas.

Question bonus : ton plat japonais préféré ?

Difficile à dire, j’en change très souvent. En ce moment je suis accro au kashiwa meshi. C’est un plat originaire du nord de Fukuoka et composé de riz, poulet et carottes cuits dans un mélange de sauce soja et demirin. En plus d’être délicieux, c’est super facile à faire : on met tout dans le cuiseur à riz et il n’y a plus qu’à attendre. Je ne refuse jamais non plus un bon kaisendon (je crois qu’on appelle ça chirashi en France),
Sinon j’adore les umeboshi (prunes saumurées), j’en mange tous les jours. D’ailleurs il est dit que c’est bon d’en manger tous les jours pendant l’été pour mieux supporter la chaleur. Je ne sais pas si ça marche vraiment mais en tout cas j’y crois !

Propos recueillis par Audrey Ronfaut pour Japan Life Style / mai 2015

 

Où trouver Bénédicte :
Site / Youtube / Twitter / Facebook / Instagram

Site de la ville de Fukuoka : http://www.city.fukuoka.lg.jp/english/

Pour préparer son expatriation : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/