c7e56ab76e24d983b6e9c191e22ca0e4

Mondialement reconnue grâce à son manga à succès Thermae Romae, qui narre les aventures peu communes d’un jeune architecte au temps de la Rome Antique, on ignorait plus volontiers l’affection que voue l’auteur japonaise à la Renaissance Italienne.

Il est vrai qu’entre l’Italie et Mari Yamazaki, c’est une longue histoire de coeur qui s’est écrite. À l’âge de 17 ans elle part seule pour visiter la capitale italienne, avant de poursuivre des études de peinture à l’école des Beaux Arts de la ville de Florence. Elle restera finalement en Italie onze années, période durant laquelle elle rencontrera son mari.

C’est à l’occasion de la sortie japonaise, aux éditions Shuseisha, d’un livre nommé : Yamazaki Mari no Hen’ai Renaissance Bijutsuron (autrement dit : Les Théories de Mari Yamazaki sur ses oeuvres favorites de la Renaissance) qui regroupe ses pensées à propos des grands maîtres de la Renaissance italienne, que nous découvrons plus amplement cette réelle passion que porte Yamazaki à cette partie de l’histoire de l’Italie. Elle y décrit entre autre de façon amusante et espiègle les grands noms de la peinture italienne. On peut ainsi y lire que Raphaël était “une personne trop bonne et morte trop jeune”, Michel-Ange “un perfectionniste obsédé par les muscles”, et Léonard de Vinci “un misanthrope possédant de nombreux talents”.

Fait amusant, la jaquette de l’édition japonaise comporte le portait des trois artistes dessinés par Mari Yamazaki, et qualifiés “d’aimables excentriques qui ont donné naissance à la Renaissance”.  

De plus la mangaka a donné au printemps une conférence au sujet de l’artiste Sandro Boticelli, au Bunkamura Museum de Tokyo, dont voici un extrait (en Japonais).

Preuve s’il en fallait encore que l’artiste japonaise maîtrise parfaitement le sujet, ce qui nous promet une lecture savoureuse dès le 17 décembre.

Espérons maintenant que forte du succès que Thermae Romae a rencontré en France, ce nouveau livre de Mari Yamazaki trouvera rapidement une traduction (dont nous ne manquerons pas de vous faire part).