Daruma : histoire, fabrication et signification de cette poupée japonaise

La Daruma est une poupée japonaise traditionnelle, qui est devenue au Japon un symbole de persévérance et de chance. Mais en dehors du Japon, peu de gens connaissent son histoire, ou ce qui se cache derrière son aspect loufoque.

Imaginez que vous êtes en visite au Japon. Vous avez encore quelques jours avant de devoir rentrer chez vous, et vos amis et votre famille vous ont tous demandé de rapporter des souvenirs du Japon. Vous voulez être original, peut-être en évitant l’alcool habituel, les porte-clés avec des photos de lieux célèbres, ou les très populaires (à juste titre) mais un peu cliché multi-saveurs de KitKat. En marchant, vous voyez une jolie poupée rouge et ronde dans la vitrine d’un des magasins. Vous êtes tombé sur l’un des objets japonais les plus emblématiques que vous puissiez trouver.

Le Daruma est en effet l’un des symboles du Japon. Il est logique de l’emporter chez vous et de l’offrir en cadeau, ou de l’exposer sur une étagère, mais son apparence peut être trompeuse, car cette poupée, qui représente une divinité, a une longue histoire, un riche héritage et une origine assez troublante.

La légende derrière la poupée Daruma

Le Daruma est modelé sur Bodhidharma, un moine accrédité à la fondation du bouddhisme Zen, qui semble avoir vécu entre le 5e et le 6e siècle de notre ère. Ses origines sont entourées de mystère et la plupart des récits de sa vie sont mêlés de légendes, ce qui rend très difficile le suivi du pèlerinage de Bodhidharma depuis les « régions occidentales » (peut-être l’Asie centrale).

Au cours de ses voyages, il s’est arrêté un moment dans un monastère de Shaolin en Chine, où il a fondé le célèbre art martial homonyme. Il a ensuite poursuivi son voyage jusqu’à ce qu’il décide de s’installer dans une grotte et de méditer. C’est là que commence l’histoire du Daruma (d’après le nom japonais de Bodhidharma).

Le moine est devenu un maçon. Il médita, les yeux fixés sur un mur, en position assise pendant neuf ans, sans pause et sans fermer les yeux, sauf une fois, au bout de sept ans. Il était tellement furieux contre lui-même pour ce qu’il percevait comme un manque de discipline, qu’il s’est coupé les paupières pour ne plus jamais pouvoir dormir. Lorsque les paupières ont touché le sol, elles ont fait germer des plants de thé vert. Cette légende est l’une des raisons pour lesquelles les moines bouddhistes boivent souvent du thé vert pour rester éveillés.

En plus de l’automutilation, Bodhidharma a également souffert de la perte de ses bras et de ses jambes (selon certaines légendes, ils seraient tombés de son corps) suite à son immobilité pendant neuf ans. L’art et le folklore représentant Bodhidharma le montrent presque exclusivement avec ces caractéristiques. C’est pourquoi les poupées Daruma, sous tous leurs aspects, symbolisent la position et les traits de Bodhidharma.

En outre, tout ce qui concerne le design de la Daruma a des racines et une signification profondes, jusqu’aux détails les plus infimes, ce qui fait de cette poupée bien plus qu’un simple objet ménager.

Caractéristiques des poupées Daruma

caractéristiques de la poupée daruma

Daruma Doll Eyes

L’une des caractéristiques les plus remarquables du Daruma est son regard vide. Ces poupées n’ont pas de pupilles mais elles présentent de grands cercles blancs à l’endroit où se trouveraient les yeux. L’une des théories qui sous-tendent ce choix dans la conception est liée à la légende de Bodhidharma en train d’enlever ses propres paupières.

Une autre, plus importante, suggère qu’elle découle du fait que, dans le passé, ceux qui voulaient que le dieu résidant dans la poupée les aide à atteindre leurs objectifs juraient qu’ils donneraient à Daruma sa vue si le dieu les aidait à réussir dans leurs entreprises.

Poils du visage

La barbe et les sourcils peints sur la poupée sont destinés à reproduire les traits du visage de Bodhidharma, mais ils ne servent pas uniquement à des fins esthétiques.

En fait, les sourcils sont en forme de grue et la barbe en forme de tortue. Ces deux animaux représentent souvent la longévité, dans la culture japonaise (ainsi que dans le reste de l’Asie de l’Est). Les artisans ont commencé à appliquer ces formes sur le Daruma pour répondre au proverbe japonais « La grue vit 1000 ans, la tortue 10 000 ».

Le corps

Le Daruma ne présente ni jambes ni bras, comme un rappel de Bodhidharma qui a perdu ses membres dans sa quête de l’illumination par le sacrifice de soi et la méditation, mais il y a plus.
Les poupées originales ont été conçues pour être impossibles à renverser. En les inclinant, le Daruma se remettait toujours en position verticale. Le Daruma est un talisman de chance, mais surtout de persévérance. Celui qui demande l’aide de ce dieu reconnaît l’importance du sacrifice face à l’adversité.
C’est pourquoi la poupée sert de rappel que peu importe le nombre de fois où l’on peut être renversé, il faut toujours endurer et se relever, afin d’atteindre un but. L’expression japonaise nanakorobi yaoki, qui se traduit par « sept fois en bas, huit fois en haut », est fortement liée à cette idéologie et au Daruma lui-même.

Écriture

Les kanji signifiant « chance« , « fortune« , « persévérance« , ou autres semblables sont parfois écrits sur la section médiane du Daruma, probablement comme un reflet de la raison pour laquelle la poupée a été acquise. En outre, il arrive que les gens écrivent leur souhait, ou leur but, sur la poupée elle-même, peut-être pour se le rappeler ou pour informer le dieu d’une manière plus « officielle ».

Couleur

Les raisons qui ont motivé le choix de la couleur de la Daruma sont intéressantes, mais alambiquées, et il est difficile de trouver un consensus sur ce point. De nos jours, on peut trouver ces poupées décorées de toutes sortes de couleurs, chacune d’entre elles signifiant un auspice différent.

Par exemple, au Japon, la couleur or est liée à l’argent et à la célébrité ; le noir est destiné à conjurer la malchance ; le vert symbolise la santé et la forme physique. Pourtant, ces associations de thèmes de couleur sont tirées d’une myriade de croyances, de superstitions et de légendes différentes, qui se rassemblent toutes pour former une image collective.

Une chose est sûre, cependant, c’est que jusqu’à ce jour, la couleur la plus utilisée pour le Daruma est le rouge, qui était à l’origine la seule couleur. Pendant des siècles, les chercheurs ont essayé de comprendre les raisons de ce choix de couleur, mais aujourd’hui encore, cela s’avère difficile.

L’une des raisons pourrait être liée à Bodhidharma, qui, étant donné son passé bouddhiste, aurait pu porter des robes rouges. De même, les moines d’aujourd’hui utilisent des robes de la même couleur.

D’autres théories font référence aux pouvoirs surnaturels de la couleur rouge et à son lien avec les dieux. En plus des légendes déjà très sombres qui entourent le Daruma, sa couleur de base pourrait provenir d’une période d’épidémies dévastatrices de variole à travers l’Asie.

Au Japon, et ailleurs, ne sachant pas comment repousser une telle « malédiction » envoyée par un dieu vengeur, les gens se sont mis à porter des vêtements rouges, pensant que cette couleur plaisait au dieu de la variole et aurait contribué à l’éradication de la maladie. De même, les gens décoraient leurs portes et leurs maisons avec des cordes rouges, pour tenter d’empêcher la maladie d’accéder à leurs maisons.

Mais cette théorie n’expliquerait pas pourquoi, très souvent, les victimes de la variole étaient enveloppées, pendant leur maladie et leur mort, de rideaux rouges, comme le décrit le livre « Naufrage » d’Akira Yoshimura. D’après certaines recherches, certaines personnes croyaient que le dieu de la variole n’aimait pas la couleur rouge. Il la détestait tellement, en fait, que les gens croyaient qu’il pourrait transférer la malédiction dont il affligeait les gens, de la victime au drapé teinté d’une teinte qui, pour lui, était si exaspérante.

Tout au long de l’histoire, on a cru que les poupées Daruma pouvaient éloigner la maladie et aider au rétablissement (littéralement rebondir sur la santé), et une grande partie de cette capacité était associée à la couleur rouge, mais personne n’a jamais pu donner une raison universellement acceptée pour expliquer pourquoi.

Comment Daruma a changé au fil du temps

poupées daruma en souvenir

L’histoire de la Daruma remonte au XVIIe siècle. Ce sont des fermiers de la ville de Takasaki, dans la préfecture de Gunma, qui ont fabriqué la première version de ces poupées, comme des charmes à bénir par les moines. Comme la subsistance des fermiers dépendait fortement de la chance, ils ont imaginé cette astuce superstitieuse pour les aider dans leur récolte. En quelques décennies, la pratique de l’utilisation des Daruma s’est répandue à travers les professions et les régions.

Comme le veut souvent la tradition, l’histoire et l’origine de la Daruma n’ont plus le même poids qu’auparavant. Ses couleurs ne sont pas la seule chose qui a changé. L’un des plus grands changements qui se sont produits est celui de sa représentation sous forme de poupées féminines, la soi-disant Princesse Daruma, et Lady Daruma.

Si ces interprétations ont donné vie à des images telles que Hello Kitty et Miffy en tant que Daruma, il serait faux de supposer que ces changements se sont produits à l’époque moderne. En fait, les premières et plus radicales interprétations de l’image du dieu ont eu lieu pendant la période Edo au Japon (1603-1868), peu après l’introduction des poupées.

Pendant cette période, une séparation très nette des classes sociales s’est produite. Les marchands étaient souvent placés au bas de l’échelle, ce qui les incitait à se créer une sorte de microsociété. Entre autres choses, ils ont donné vie aux représentations féminines de la Daruma.

Cette mesure était probablement destinée à s’attaquer à l’établissement, qui a toujours présenté Bodhidharma comme une figure masculine et forte. Les peintures de Bodhidharma en tant que femme sont devenues plus courantes, tandis que de plus en plus d’associations satiriques avec le dieu sont devenues des événements quotidiens.

La capacité de Daruma à se lever, peu importe le nombre de fois où l’on s’allonge, était associée aux prostituées et à leur tendance à faire de même. Les représentations phalliques de Daruma sont également devenues plus courantes jusqu’à ce que, avec le temps, l’image originale et les représentations satiriques soient presque équivalentes en nombre et en usage.

À l’époque moderne et contemporaine, la poupée Daruma est devenue un souvenir, un objet d’exposition et un joli cadeau. Pourtant, elle n’a pas complètement perdu son pouvoir originel dans l’imaginaire collectif. Bien qu’il ne soit pas courant de trouver des personnes qui connaissent toute l’histoire derrière ce porte-bonheur, le Daruma est souvent acheté pour aider à atteindre ses objectifs.

Comment utiliser une poupée Daruma

Comment utiliser une poupée Daruma

Si la sinistre histoire et les légendes derrière le Daruma ne vous ont pas encore effrayé, vous voudrez peut-être apprendre comment utiliser exactement ce talisman, si vous pensez qu’il pourrait vous aider. Son attrait réside dans le fait que son « pouvoir » est un mélange de surnaturel et de psychologique.

Comme nous l’avons déjà mentionné, à l’achat, il manque à la poupée ses yeux. Ce que vous faites, c’est peindre un œil dans l’un des cercles blancs vides tout en vous engageant à atteindre votre but et en demandant de l’aide au dieu. Vous peignez ensuite le deuxième œil, en redonnant au dieu sa vue en remerciement de votre aide, une fois votre objectif atteint.

Vous devez vous rappeler que Daruma récompense le sacrifice et la force de volonté inébranlable. Notez que c’est Bodhidharma qui a refusé d’aider un autre moine qui voulait devenir son apprenti jusqu’à ce que le jeune élève décide de démontrer sa détermination en se coupant les bras.

Un an après avoir acheté le Daruma, vous devez le rendre au temple d’où vous l’avez obtenu et le brûler, que vous ayez réussi ou non ce que vous souhaitiez. Il existe même une cérémonie appelée daruma kuyo ou dondoyaki dans plusieurs temples du Japon, au cours de laquelle d’énormes tas de Daruma sont brûlés en même temps (mais ce ne sont pas les seules occasions où vous pouvez brûler votre poupée Daruma).

À l’origine, on pensait que l’effet bénéfique de la poupée expirait au bout d’un an. Après ce laps de temps, il fallait brûler la poupée pour libérer le dieu. Ce processus ne doit pas être interprété comme un renoncement à ses objectifs. Au contraire, il est imaginé comme un renouvellement de son vœu (et un engagement à acheter un autre Daruma).
Feux spirituels au Nouvel An !

Fabrication d’une poupée Daruma

La production de poupées Daruma est une entreprise presque exclusive de la ville de Takasaki, dans la préfecture de Gunma (au nord de Tokyo). La ville produit plus de 80 % de toutes les poupées distribuées au Japon. De là, les poupées atteignent tous les coins du pays, et peuvent être achetées dans chaque ville (ou en ligne sur de nombreux sites web – dont Amazon).

Les Daruma sont fabriquées avec un type spécial de papier mâché fait à la main appelé washi.

La fabrication du washi est très exigeante en main-d’œuvre et est considérée, au Japon, comme un art à part entière. Les feuilles sont extrêmement résistantes et sont fabriquées à partir de fibres, de cuves et d’une quantité limitée de produits chimiques, par un processus de battage (souvent à la main) et de séchage au soleil, ou sur des plaques chauffantes.

Toutes les Daruma sont faites et peintes à la main, de sorte qu’il n’y a pas deux poupées qui ont exactement le même dessin.

Daruma dans la culture japonaise moderne

Comme autrefois chez les agriculteurs (et plus tard dans toutes sortes d’entreprises), il n’est pas rare, même aujourd’hui, de voir une poupée Daruma décorer un restaurant, un magasin ou une maison. Sa taille pourrait également donner une idée de l’ampleur du souhait d’une personne, car on pense que plus la poupée est grande, plus l’aspiration de la personne qui l’a acquise est grande.

L’utilisation de Daruma n’est cependant pas limitée aux entreprises ou à quelques ménages privés. Cette poupée a acquis, à travers les siècles, une place si privilégiée dans la culture japonaise, qu’elle a tendance à apparaître dans un certain nombre de situations et de lieux.

Les hommes politiques, par exemple, emportent souvent avec eux leurs propres poupées lors d’interviews, de discours et d’allocutions, notamment en période électorale. Comme tous ceux qui obtiennent un Daruma, ils ont un souhait, et s’engagent à rendre la vue au dieu s’il leur accorde. On peut dire que cela s’inscrit également dans une croyance culturelle au Japon, par laquelle un homme politique peut montrer sa détermination et son engagement envers le pays et son peuple à travers le symbolisme intégré au Daruma.

Cet article de base japonais familier a certainement subi de nombreux changements et interprétations. Il est considéré comme un dieu qui peut aider à atteindre le succès. Il représente l’un des aspects les plus importants du bouddhisme Zen avec sa relation à la patience, à la persévérance et au sacrifice. Il est devenu une figure à laquelle on demande de l’aide par des menaces (ne rendant la vue au dieu que s’il nous aide). Au cours de son histoire, le Daruma a été à la fois un symbole de la classe dirigeante et un outil utilisé pour se moquer et défier l’establishment.

Si le Japon possède une culture très intéressante et est très riche en symboles et en traditions, peu d’autres images du pays peuvent se vanter d’avoir une origine et une signification aussi mystérieuse et multiforme, si profondément ancrée dans la société.

Daruma : histoire, fabrication et signification de cette poupée japonaise

La Daruma est une poupée japonaise traditionnelle, qui est devenue au Japon un symbole de persévérance et de chance. Mais en dehors du Japon,...

Volcan japonais : TOP18 des volcans du Japon incontournables

La plupart des montagnes du Japon sont d'origine volcanique. Si les volcans japonais provoquent des destructions et des désagréments majeurs lors de leurs éruptions,...

Golden Week au Japon : dates et conseils

La Golden Week est un ensemble de jour férié dont les dates sont assez proches au Japon. Cette une période ou une grande partie...

Ascension du Mont Fuji : Quand et comment faire la randonnée

L'ascension du Mt Fuji figure sur la liste des priorités de nombreux voyageurs. Ce sommet emblématique, qui a inspiré l'art et la littérature japonais...