Il faut partir, déjà. Nous quittons Sado, direction Tokyo, avion, maison.

The end ?

Ce serait bien mal nous connaître ! Sommes-nous ce genre de reporters ? Préférant les voies faciles, les chemins sûrs ? Il me semblait que notre voyage à Sado avait déjà prouvé que nous n’avions pas peur de l’aventure !

Nous rentrerons donc par un chemin bien plus… ambitieux.

Cependant comme pour Sado, ce type d’évasion se mérite. Nous prenons notre mal en patience et empruntons plus de moyens de transport différents en une journée que dans toute une année : trains, bus, shinkansen, téléphérique…

shinkansen

trainjaune

trainrougebus

Alors tous ces efforts pour quoi ? Je pourrais tenter de décrire le mont Tateyama qui culmine à 3015 mètres. Je pourrais tenter de parler des érables rougissant ; du lac Mikurigaike aux eaux limpides et glaciales, proche du onsen le plus élevé du Japon ; de la neige blanche qui se marie avec la végétation préparant doucement sa mue. Mais parfois il vaut mieux se taire et regarder non ?

pont

nuages

Ce que vous voyez sur ces photos, ce sont certains des plus beaux panoramas de la « route des Alpes japonaise » : une route de haute montagne traversant le parc naturel de Chubu Sangaku. En automne, on peut y voir les monts se couvrir de feuillages rouges, au printemps c’est aussi un terrain de jeu pour skieur – Nagano et ses jeux Olympiques sont tout proches.

baragelacnuit

arbrejaune

C’est d’ailleurs à Nagano que nous passons la nuit, dernière étape avant notre retour à Tokyo demain.

Capture d’écran 2015-10-25 à 11.00.40

Des images pleins la tête, il reste encore à imaginer comment profiter au mieux de cette dernière journée, avant de se préparer doucement à rentrer en France.

Crédit photo Chung-Hee Jee
Retrouvez-le sur les réseaux sociaux !
Facebook / Twitter / Instagram / Tumblr