critique-une-femme-dans-la-tourmente-naruse

 

Si Mikio Naruse semble beaucoup moins connu du grand public occidental que ses compatriotes Mizoguchi, Ozu ou Kurokawa, il n’en reste pas moins l’un des réalisateurs les plus marquants du cinéma japonais des années d’après-guerre. Né le 2 juillet 1905 à Tokyo, il commence à tourner des films muets dès 1930, avant de réaliser des films parlants à partir de 1935, puis continuera à exercer encore jusqu’en 1967, deux ans avant sa mort. Grand spécialiste du shomingeki, genre décortiquant la vie quotidienne de la classe moyenne japonaise sur fond de tragi-comédie, il ne réalisera pas moins de 89 films durant sa carrière, dont 17 avec son actrice de prédilection Hideo Takamine, que l’on retrouve dans Une femme dans la tourmente.

Synopsis: Reiko, veuve de guerre qui s’occupe du petit commerce de ses beaux-parents, voit son avenir menacé par l’ouverture prochaine d’un supermarché dans le quartier. C’est alors que Koji, son beau-frère, revient à la maison après avoir quitté son emploi à Tokyo…

Comme la plupart des mélodrames de Mikio Naruse, le film débute dans une relative légèreté pour glisser peu à peu dans la tragédie. Prenant d’abord l’allure d’une fresque sociologique sur le Japon d’après-guerre, dans une petite ville de province confrontée à l’arrivée de la modernisation importée par l’occupation américaine ; le film se resserre au fur et à mesure sur la relation impossible entre un jeune homme aux allures de voyou et sa belle-sœur au comportement exemplaire, de 18 ans son aînée.

Si le personnage de Reiko semble être une figure classique et récurrente du cinéma de Naruse, incarnant l’image typique de l’épouse japonaise dévouée et fidèle à son mari par delà la mort, et poussant le dévouement jusqu’au sacrifice par sens du devoir envers sa belle-famille, on voit cependant émerger discrètement derrière ses apparences parfaites, les aspirations à l’amour que Reiko nourrit en secret. Et l’on découvre toute la vision sarcastique du réalisateur concernant les relations familiales.

La sortie tardive et inespérée en France de ce chef-d’oeuvre de Naruse, datant de 1964, est un événement à ne pas manquer. Et si il y a fort à parier que le film risque d’être éclipsé des cinémas assez rapidement par les blockbusters de fin d’année, les amateurs de cinéma japonais pourront tout de même se consoler en espérant une sortie en DVD prochainement.

A4 Une femme dans la tourmente.indd

 

Information:
Une femme dans la tourmente (Midareru en japonais)
Sortie française : le 9 décembre 2015 – Sortie Japonaise: 1964
De Mikio Naruse
Durée : 1h38
Distributeur: Les Acacias