Allons à l’Opéra ! Au XXIe siècle, notre génération de cinéphiles/sériaddicts/rockyrama-team est perçue comme une joyeuse bande d’ados éternels, avec des habitudes de consommation toujours surprenantes mais qui représente une filon d’or pour tout publicitaire qui saura en décrypter le langage. Eh oui : le geek peut acheter un @farmgrowing et un distributeur de Pez Star Wars dans la même minute. Nous sommes les premiers nés de la mouvance « TAKE IT ».  Des jeunes cons qui ne savent pas ce qui est bon comme dirait la génération d’avant ou même la catégorie dite « supérieure » d’intellectuels.

Ciné-concert Seigneur des Anneaux
Premier film, vendredi 14 octobre

Eux ils nous regardent d’un drôle d’oeil, eux ils écoutent de la GRANDE musique. Eh bien nous aussi, figurez-vous ! Nos Bach et Beethoven à nous se nomment Elfman, Zimmer, Shore, Horner mais ils n’en restent pas moins les dignes descendants de ces illustres compositeurs indétrônables. La seule différence entre un concert classique et nos concerts à nous, c’est l’image ! La génération 2.0 entend bien être stimulée sur les deux tableaux et en prendre désormais plein la vue en plus d’en prendre plein les oreilles. Remplacer Garnier et le Philharmonique par le Grand Rex ou le Palais des Congrès, voici l’un des devenirs de la musique classique !

Troisième film le dimanche 16 octobre
Troisième film le dimanche 16 octobre

Un écran, un film mythique en version originale, un véritable orchestre symphonique vous permettent de revivre une expérience sensorielle unique. Vendredi 14 octobre et encore pendant 2 soirs de suite, Gérard Drouot Productions nous offrait cette expérience avec le ciné-concert de la trilogie du Seigneur des Anneaux. Plus de 200 musiciens et chanteurs nous ont fait vibrer et revivre le film comme jamais ressenti auparavant. C’est magique, c’est troublant, c’est déstabilisant, c’est désormais incontournable pour qui aime réellement le grand cinéma et la grande musique. Je trouve que nous ne devrions aller au cinéma plus que dans cette configuration-là ! Et qui sait, peut-être commencerons-nous à prendre notre abonnement au Philharmonique et à croiser des héritiers au Grand Rex lors d’un tribute à John Williams…Qui sait, rêvons d’un monde où la marche de Star Wars deviendrait notre traviata à nous…